La décision de la Commission Européenne d’élargir les lois de l’Unions Européenne de lutte contre le blanchement d’argent aux sites proposant des jeux d’argent en ligne, comme c’est le cas pour les casinos, a été très félicitée par l’European Gaming and Betting Association.

Cette décision de la Commission Européenne avait été annoncée il y a quelques jours. L’European Gaming and Betting Association trouve que ces nouvelles mesures indiquent bien que même se les jeux d’argent en ligne sont des moyens de divertissements qui peuvent passer outre les frontières, ils sont pratiqué dans un cadre légal de plus en plus harmonisé entre les Etats européens. Ces nouvelles mesures pourront entrer en vigueur si les Etats membres de l’Union Européenne les approuvent. Cela devrait se savoir d’ici deux ans.

Le secrétaire général de l’European Gaming and Betting Association a exprimé sa satisfaction par rapport au fait que ces nouvelles mesures pourraient éliminer les incertitudes juridiques dans le secteur des jeux en ligne grâce à des règles qui seront applicables dans tous les Etats membres de l’Union Européenne qui pourront être coordonnés. De plus, les opérateurs légaux et régulés pourraient, grâce à ces mesures, avoir plus de part du marché car il y a encore beaucoup d’Etat de l’UE qui interdisent les jeux d’argent en ligne dans le cadre de la lutte contre le crime organisé et le blanchement d’argent.

Cette décision avait été la réaction de la Commission Européenne suite à l’annonce faite par Europol qui avait fait des investigations et trouvé plusieurs suspects pour des affaires de matchs de football truqués. De plus, le Conseil de l’Europe avait déjà plusieurs fois formulé la demande pour que les sanctions contre la corruption sportive et les truquages de matchs soient harmonisé dans l’Union Européenne.

En effet, juste après l’éclatement du scandale des affaires de matchs de football truqués par Europol, ce conseil a décidé de travailler sur un projet de loi qui permettrait de mettre plus d’harmonie entre les différentes législations des Etats membres pour que la lutte contre les organisations criminelles soit plus efficace sur le plan juridique.

Parmi les personnes qui ont travaillé sur ce texte, il y a Jean-François Vilotte, le président de l’Autorité de régulation des jeux en lignes, en France. Vers la fin de l’année 2014, ce texte sera soumis à la ratification des Etats membres. Ce dernier a appelé à un effort d’envergure internationale pour combattre la corruption sportive qui a toujours existé dans le monde du sport en Europe. Les signataires devront s’engager à inclure les mesures relatives à la règlementation des jeux d’argents ou à les compléter. De plus, il est possible que les pays qui ne ratifieront le projet puissent ne pas avoir le droit d’organiser des compétitions internationales d’envergure telles que l’EURO.